jeudi 6 janvier 2011

(souvent, en hiver-les cookies de P.)



Souvent, l'hiver, elle ne sort pas. 
Elle met de la musique, des choses douces ou mélancoliques, le plus souvent eux, sans se l'expliquer vraiment, mais il y a quelque chose qui la bouleverse là dedans.

Ce qu'elle préfère, c'est regarder les flocons se poser sur les fenêtres, faire des dessins dans les nuages de buée éphémères sur les vitres.
Le côté silencieux de la neige, qui imprègne les bruits, les rend fluides, ralentis.

Elle aime l'odeur du sapin dans l'appartement, la guirlande qu'ils se sont offert l'an dernier, celle avec des étoiles dans de jolis pompons blancs.


Quand les jours sont un peu tristes (ce qui arrive souvent quand on doit laisser la lumière allumée toute la journée tant le ciel est gris -léger mais gris) elle prépare des bredele en pensant à sa grand mère, qui, sans être alsacienne, préparait d'énormes boîtes de sablés de toutes les formes : des ours, des oies, des étoiles bien sûr, et des sapins -c'était noël quand même. 
Parfois, elle en offre à ses amis (ceux qui gardent son chat quand elle part en vacances) ou à sa famille (qui se disputent rapidement les vanillekipferl, irrésistibles biscuits noisette-vanille), mais surtout, surtout, elle en garde une boîte entière pour son amoureux. D'ailleurs, lui n'attendrait pas toujours les fêtes pour se lancer dans une dégustation.

L'hiver, elle porte un manteau gris assez doux et chaud trouvé l'an dernier pendant les soldes et son écharpe préférée, avec deux pompons. Elle n'oublie plus ses gants et marche vite, très vite pour ne pas avoir le temps de sentir des frissons remonter tout au long de sa colonne.
Elle s'arrête souvent dans des cafés -le même, surtout le mercredi, quand un groupe de jeunes gens se retrouvent après les cours et discutent de la prof d'anglais, d'une copine qui ne vient plus en soirée (et ils regrettent beaucoup qu'elle ait autant changé), de musique (des choses qu'elle ne connait pas), elle aime les entendre rire, se chercher, la façon qu'ils ont de se regarder, de se tenir…

Depuis que noël est passé, la boîte à biscuit est vide. Si l'amoureux a trouvé ça triste, en rentrant, mardi soir, il s'est ravisé quand il a vu la plaque couverte de gros cookies encore tièdes. (Il a moins aimé apprendre qu'ils n'étaient pas -tous- pour lui, mais il les a apprécié au point qu'elle a du se remettre au travail pour en faire une nouvelle fournée. Décidément, ce n'est une surprise pour personne, mais cette demoiselle n'a que de très bonnes recettes).


LES COOKIES DE P. (ici en vrai)
pour presque 20 biscuits (les miens étaient plus petits qu'elle)






100g de beurre mou
100g de sucre blond 
1 œuf
1 c. à café de vanille en poudre
220g de farine T110
1 c. à café de bicarbonate de soude
3 cuillères à soupe de poudre d'amande
2 poignées de pépites de chocolat
1 pincée de sel (ici, du sel ramené d'Australie, légèrement acidulé et parfumé -ceci dit, ça se fait très bien sans ;))


Préchauffer le four à 180°C. 
Mélanger le beurre et le sucre puis ajouter l'œuf. 
Dans un autre bol mélanger la farine, le bicarbonate, la levure, et la poudre d'amande, puis la pincée de sel et la vanille.
Ajouter cette poudre au mélange précédent, bien mélanger jusqu'à former une boule de pâte homogène. 
Incorporer les pépites de chocolat.
Avec les mains, former une boule de pâte (de la taille d'une noix, à peu près), les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé (un peu espacées parce que les cookies s'étalent un peu) et les aplatir de la paume de la main. Cuire 10-11 minutes à 180°C.
Déguster entourés de gens très sympathiques et plein d'idées et des verres de cidre, ou avec son amoureux (et un verre de lait, c'est bien aussi)


*édit* 
il est encore possible de commander des calendriers! à voir ici!

12 commentaires:

Cuisine Framboise a dit…

On dirait que ce serait l'hiver ici aussi.
In peu de l'énergie du désespoir chez les A-f, tu ne trouves pas?

(les chéchés) a dit…

Cuisine Framboise : vraiment, c'est difficile à expliquer. comme si ce qui sortait d'eux, j'aurais voulu que ça vienne de moi... et les banlieues sont moins désespérées je trouve...
merci d'être passée...

Madame Anne a dit…

J'adore Arcade Fire également....... from Montrèal s.v.p....... ils sont arrache-coeurs... xxx

g. a dit…

Elle et moi nous ressemblons beaucoup : )
L'hiver est une saison mélancolique à elle toute seule mais j'aime écouter des choses douces moi aussi.
Mais le côté éphémère des dessins sur les vitres (de voiture pour dire bye-bye) me donne déjà envie d'être au printemps.
Des bises,
g.

(les chéchés) a dit…

g. : ce genre de commentaire me donne toujours envie d'organiser des goûters avec plein de jolies théières, des tasses avec des soucoupes, des biscuits et des petits cakes à la vanille... merci...

Lilie a dit…

Je retrouve la même activité qui me fait (presque) apprécier les hivers gris et froids : les fournées de biscuits qui embaument l'appartement et dont on se régale, une grande tasse de thé à la main, le dos collé au radiateur... Et une excellente année aux chéchés, tout aussi inspirante et entourée de douceur et de gourmandise !

22heures22 a dit…

c'est poétique, gourmand et même illustré par ici!
@+

arrosoir a dit…

je m'y suis crue...un portrait très visuel et gourmand (cela va sans dire!)

Gracianne a dit…

Vraiment, j'adore ce dessin, je ne sais pas pourquoi, il me met en joie.

patoumi a dit…

La sélection musicale est très chouette!
Encore bonne année aux Chéchés!

Marielle a dit…

Il est gourmand l'amoureux ;o)
C'est normal, toutes ces bonnes recettes sont bien tentantes.
Bonne année les chéchés, au plaisir de se voir bientôt.

Saperlipopote ! a dit…

j'aime aussi m'asseoir dans les cafés et capter les conversations des voisins, que je couche parfois dans un petit carnet noir...
Happy Birthday au passage