jeudi 12 mars 2009

tout ce qu'il faudrait faire, le goûter des jours où il fait gris...

Je crois bien parfois avoir reçu une trop forte dose d'angoisse, petite, même si je n'ai rien vécu de traumatisant. Une trop grande dose d'un coup. Une grande dose sans savoir ce qu'il fallait en faire -et finalement, je l'ai gardée.
J'ai eu peur de parler devant tout le monde, de lever le doigt. Je refusais d'être le chef, comme je refusais de m'y soumettre. J'aimais le réconfort des livres qui ne me demandais rien en échange, et que je ne pouvais alors pas décevoir. J'esquivais les conversations avec les adultes qui ne m'écoutaient pas vraiment. Et, petit à petit, je me suis habituée à parler à voix basse, discrètement.
En grandissant, j'ai bien pensé que tout cela allait s'estomper, voire disparaitre. Que mes peurs de petite fille réservée s'évaproreraient avec les centimètres, les années d'écoles ou les diplômes.
Mais non. Tout cela s'est contenté de se glisser dans mes poches, le revert de mes pantalons et d'autres recoins. Ils ne sont jamais très loin.
Alors parfois, j'énumère dans ma tête ce qui me fait si peur encore; je rougis de reculer devant autant de choses simples. J'imagine la spontanéité enfantine comme si je ne l'avais jamais connue. Je rêve au courage sans bornes de ceux qui se dépassent, qu'on ne sent pas faiblir, qu'on ne voit jamais chuter.
Je me fais des promesses sans les tenir complètement. Je commence des choses en secret de peur de les briser en révélant leur existence.
Et je collectionne. Les fausses excuses, les prétextes, les pardons, les regrets.
Je fais des listes des choses à faire/lire/voir/dire/écrire. Et puis je le glisse dans mes poches, entre les angoisses et les petits mots doux de l'amoureux.
Quand, entre deux angoisses, ce sont sur ses mots que je tombe...

Je me demande souvent les recettes fabuleuses de ceux qui tiennent si bien les coups. En attendant, je prépare des goûters en espérant que cela me donne de quoi avancer, un peu...

LA PETITE CREME AMANDE ET ABRICOT
pour 5 pots de douceurs et quelques cuillers de réconfort

1 grosse poignée d'amandes entières
3 abricots secs
2,5 verres de lait de soja
1c. à café de sirop d'agave
une pincée de cannelle
1g d'agar agar

Dans une casserole, mettre le lait, les abricots et les amandes et laisser infuser pendant au moins 2h.
Filtrer en gardant le lait, et mixer le reste (on peut ajouter un peu de lait)
Remettre dans la casserole, porter doucement à ébullition, mettre l'agar agar, fouetter pendant 30 sec environ. Sucrer, épicer. Re mixer le tou finement à l'aide d'un pied à soupe. Répartir dans des ramequins et laisser prendre avant de placer au frais quelques heures.






CAKE VEGETALIEN AUX AMANDES

220g de farine, quinoa et blé mélangées
60g d'amandes entières hachées
1 yaourt au soja
2 verre de lait de soja
1 belle c. à soupe de purée d'amandes
2c. à soupe de sirop d'agave
1 petite c. à café de bicarbonate
1c. à café de jus de citron
des pépites de chocolat, si l'on en a encore...


Préchauffer le four th.6-7.
Mélanger les ingrédients secs d'un côté, les farine, le bicarbonate, les amandes moulues.
Dans un autre saladier, verser le yaourt, le lait et le jus de citron puis la purée d'amandes et le sirop d'agave. Bien mélanger. Verser le mélange farine sur les ingrédients humides. Mélanger à la fourchette juste assez pour bien incorporer les deux. Ajouter les pépites.
Verser le tout dans un moule à cake et enfourner pendant 40-45min.
Sortir et laisser refroidir avant de démouler.
Attendre l'heure du goûter pour en couper une tranche ou deux, si l'on partage et déguster avec la petite crème. C'est décidé, cet après midi, je dessine.

21 commentaires:

Miette a dit…

C'est étrange comme tes mots me touchent. Je m'y reconnais un peu. Beaucoup. Trop... Ce petit bonhomme de papier gris aussi me parle.

Voilà un goûter qui donne de la couleur aux gros nuages gris. Un peu. Doucement. Comme les rayons du soleil qui ne tarderont pas à réapparaître.

Bises,

Miette

EStelle a dit…

Comme miette, je me reconnais dans tes textes, mais je n'ose pas me l'avouer.
Ce cake a l'air très on, a essayé par un apres-midi pluvieux...

Estelle

Yum a dit…

Ce petit goûter est très tentant :)

g. a dit…

Perso, je ne levais pas le doigt non plus. Et la petite creme amande et abricot ou le cake vegetalien me tentent terriblement, tout comme ce delicieux carnet!
Bises,
g.

eleonora a dit…

Je diffuse mon commentaire : j'organise sur mon blog, un concours " Les recettes pour les enfants ". Que ce soit vos enfants ou vos petits-enfants, ils seront les bienvenus. J'attends vos participations.!!!!! A bientôt

La Belle au Blé Dormant a dit…

Les angoisses dans les poches... Comme celles qui aujourd'hui m'empêchent d'aller de l'avant... J'espère que cela n'empêche pas d'être heureux...
Je vois que tu as adopté le mixage des flans à l'agar-agar. J'adore le côté crème mousseuse que cela permet d'obtenir.
Il y a tellement de recettes que je voudrais tester en ce moment. En coici deux de plus !
Je t'embrasse. Bises au Chéché.

Vanessa a dit…

Tes mots tombent de tes poches, ton sourire est sur le coin de tes lèvres... avec quel bonheur!

Gwen a dit…

Je suis restée perplexe un bon moment en lisant "un pied à soupe"... avant de comprendre ce que c'était !!!! C'est très joli comme nom !!!! Tout le monde dit comme ça sauf moi ou bien ?!!!

les chéchés a dit…

-> gwen : le pied à soupe, je ne sais plus son vrai nom... je pense plutôt qu'on doit être peu à utiliser ce mot là...

Flo a dit…

La ou les angoisses peuvent être la pire des paralysies mentales, je sais de quoi je parle ... je me consolerais bien avec tes desserts, car les deux me font très envie :) ah et pour ceux qui cherchent une autre appellation pour "pied à soupe" vous avez "mixeur plongeur" mais c'est drôlement moins joli à dire :) bisous à vous!

Caroline de Calorinet a dit…

Ce cake me plait beaucoup, en plus je crois que j’ai tout ce qu’il me faut !

Elo a dit…

Ah la la si je pouvais faire un copier coller ce serait de ton texte...
Et parfois on donne une toute autre impression...
Je te souhaite de trouver ta recette, ta plus belle recette...
Et ton goûter me réconforte tant par les mots que par le goût...

Botacook a dit…

Quel joli texte...
Et quel joli duo de douceurs aux amandes... :)

Lilie a dit…

Les angoisses que l'on promène au fond des poches et que l'on a décidément bien du mal à faire partir, ça me parle... Ces recettes pleine de douceur me tentent drôlement, de quoi repartir avec plein de courage !

rose a dit…

Très joli texte (et même goût des conversations silencieuses avec les livres). Bises !

alice a dit…

épatant...
ça y est, j'adore ton blog !!

lena sous le figuier a dit…

Une grosse dose d'angoisse... de tendresse aussi, de sensibilité, ce coeur gros comme ça et ce regard...et le trait de crayon de talent...et...
T'inquiète, ça ne passe peut-être pas en grandissant, mais vieillissant oui...oh flûte c'est pas très encourageant! ;-)))
Bises

Mirabelle a dit…

je me reconnais bien là dans toutes ces petites craintes encore cachées au fond de moi...

Virginie Gervais-Marchal a dit…

Écouter la petite voix, celle qui parle à l'intérieur de soi, c'est sans doute elle qui est à la source de toutes ces douceurs, de tous ces touchants dessins, pas besoin de tout dévoiler, pas besoin de se faire des listes trop longues impossible à réaliser...une chose par jour c'est déjà beaucoup et bien assez! et l'art de profiter ...celui qui pourrait être le plus simple mais si compliqué, il semble t'être familier...la l'hyper sensibilité peut être un handicap, mais une telle force si on sait en profiter!

Anonyme a dit…

Bonjour !

Je suis tombée sur ton blog par hasard en cherchant un goûter avec des amandes....!!
Et les première phrases de ton texte m'ont interpellé, j'ai cru entrer dans la 4ème dimension en ressentant une sorte de dédoublement !! un instant, un instant seulement j'ai cru avoir écrit ces lignes !
La spontanéité de l'enfance, un mythe oui ! C'est vraiment étrange que ces mots me touchent au plus profond, à tel point d'ailleurs que j'ai du me forcer à finir de lire (je fais bien aussi l'autruche !).
Bref, contente de savoir que je n'étais pas la seule, que je ne suis pas folle, et contente d'avoir découvert un beau blog !
En tout cas, j'ai aussis découvert un super goûter ha ha !!
(quant au petit bonhomme gris, ça fait longtemps que je l'ai laissé derrière moi. Peut être que je le recroiserai un jour ?)

les chéchés a dit…

anonyme : je suis touchée que mes mots te parlent... et puis, rassurée de savoir que je n'étais (je ne suis?) pas seule... merci!