lundi 10 novembre 2008

besançon, le parfum du soleil, des baisers pour l'amie précieuse...


Pendant que certaines se projettent dans une nostalgie à venir, nous y avons replongé comme dans un bain de soleil. Il a fallu se lever tôt, finir la valise, ranger un peu l'appartement, afin de le retrouver chaud et douillet, dimanche soir. La route déserte, les villages endormis un samedi matin, les arbres nous font des haies d'honneur royales, tant ils sont dorés.

Et puis, la ville. Les façades blanches, les rues qui viennent d'être repavées de dalles claires, lisses et glissantes. Mais c'est joli. Longer les vitrines du centre ville animé, découvrir qu'une petite librairie vient d'ouvrir à coté de notre ancien chez nous, que le restaurant qui faisait un régal de monsieur le curé n'a pas renoncé à son dessert surprise, que la place du marché s'est couverte de fleurs de métal qui servent de salons de conversation, sous des arbres dénudés.
La lumière épouse les immeubles, les fontaines, on se rend compte que l'on a oublié comme il est doux de trainer alors que le soleil disparaît et que l'air se rafraîchi. Essayer de respirer fort ces parfums de souvenirs, le premier appartement, la visite d'amies précieuses (certaine, venue de loin, et que l'on aimerait voir plus, avec des carrés au chocolat, avant qu'il ne s'en aille, hein!), les terrasses ombragées après la piscine, la librairie où je pouvais aller bouder en étant sûre que l'on me retrouverait. Là où les chéchés ont commencé...
C'est dans notre petit studio bisontin que l'on découvert la cuisine; là bas, les lasagnes, les tomates farçies, les woks, les sushis... et les risottos crémeux que chéché me préparait en rentrant des beaux arts. Le réconfort absolu...
L'envie d'y regouter, le plaisir de plonger sa cuillère dans une assiette douceureuse, parfumée, et couverte de parmesan rapé, qui plus est. Alors on a fait un risotto. Avec des coquillettes, parce que c'était joli...


RISOTTO DE COQUILLETTES, POTIRON & SAUGE
pour 2 bisontins en exil

140g de coquillettes complètes
1 beau morceau de potiron
2 gousses d'ail
2 poignées de feuilles de sauge séchée
1 larme de vin blanc
1c. à soupe de sauce soja
1c. à café de tahin
de l'huile d'olive
du parmesan
du poivre


Préchauffer le four à 180°.
Tailler le potiron en petits cubes d'1X1cm environ. Les mettre dans un plat à gratin, arroser de sauce soja, d'huile d'olive et enfourner 20 min.
Pendant ce temps, préparer l'infusion de sauge : prendre une grande casserole d'eau,
jetter les feuilles de sauge, puis les gousses d'ail. Porter à ébullition et laisser infuser 10min environ.
Dans une autre casserole, mettre un filet d'huile d'olive et faire revenir les coquillettes jusqu'à ce qu'elles soient bien enrobées d'huile. Verser la larme de vin blanc, baisser le feu. Ajouter l'infusion de sauge louche après louche, à chaque fois que les pâtes aient absorbé le liquide. Remuer assez souvent, pour ne pas que ça
attache. Au bout de 5min de cuisson, ajouter les dés de potiron et poursuivre l'infusion pendant encore 3-4min, jusqu'à ce que les coquillettes soient moelleuses. A la fin, ajouter la cuillère de tahin, du parmesan fraîchement rapé et servir...

20 commentaires:

Camille a dit…

Comme il est parfumé ce risotto, à l'instar de ce billet doux, de ces impressions amoureuses si joliment dites, sous un soleil d'automne.
Un plat mangé à la cuillère, la douceur de la sauge...c'est confortable, presque intime, si bien qu'on n'ose presque pas troubler cette atmosphère chaleureuse. Alors, oui, je retiens toutes ces chouettes idées, mais discrètement, pour ne pas trop déranger votre jolie boîte à sardines.

g. a dit…

Hummm le risotto de coquillettes...
Bien envie de tester ce soir ! Comment ça j'ai déjà diné ??
g.

Clem a dit…

Que c'est joli ce risotto de coquillettes, ça doit être tout doux.
J'aime bien le passage où tu boudes dans la bibliothèque, c'est si mignon, on dirait moi ;-)

Anne-Sé a dit…

Je n'ai pas encore testé le risotto de coquillette malgré les nombreuses recettes sur internet et le côté régressif chic que j'adore ! Et votre version au potiron me donne encore plus envie d'essayer

lili végétatout a dit…

Un "coquilettoto" donc ... tout doux, tout crémeux, et des petits mots qui m'ont touchées, autant que d'habitude et puis même peut-être un peu plus ... Le goût des souvenirs.

gourmeline a dit…

grosse fan du risotto coquillette notamment celui d'Anaïk à la vodka et aux 2 saumons. Mon chéri m'a fait recemment un risotto au potimarron : un délice ! et le tien a l'air tout aussi appétissant ! belle photo !

Alice a dit…

ça coquillosotto aussi chez Toi :O) .. c'est tout simplement délicieux !

Flo Bretzel a dit…

Régressif et de saison. Je dis Yes!

Flo a dit…

Ces découvertes culinaires ont du être teintée par un sentiment de parcours initiatique ... en tout cas ça en à l'air ;) risotto aux coquillettes à essayer :)

Cicerolle a dit…

Qu'il est agréable à lire, ton billet, malgré la nostalgie qui s'en dégage. Je ne connais pas du tout Besançon mais j'aimerais y aller après t'avoir lue. J'aime beaucoup aussi ce risotto aux coquillettes, c'est tout simple et ça fait du bien en cette saison.

Anne-Marie,Joseph a dit…

Une grande bouffée de bonheur quand je lis ces lignes, ces photos qui viennent de toi. Nous avons déjà hâte de voir la suite...

Lilie a dit…

J'aime beaucoup les pâtes cuites de cette façon, un concentré de saveur et de crémeux... Un plat si réconfortant !

a dit…

Moi aussi Besançon, je l'ai tatoué dans le coeur, mes premiers pas ... Pas forcément en cuisine mais mes premiers pas quand même! J'habitais près de la place Granvelle ...
De te lire j'en ai les larmes aux yeux ...
Je rêve souvent de ce premier appart, de cette ville ou j'ai usé mes baskets, seule ... les rencontres que j'ai faite, les visages que j'aimerai tant revoir ...

Je crois que je vais aller récupérer un mouchoir avant d'aller surveiller ma tarte aux poireaux qui cuit dans le four !

Bisous !!

Carole a dit…

Rhooo ! c'est le deuxième risotto de coquillettes que je vois ce soir ... Maintenant j'en ai super envie, c'est malin ça ;)

Nanoud a dit…

Vos photos sont superbes et donnent très envie de faire une petite escapade de bon matin .

Elo a dit…

Quel doux billet....
Et je vois qu'il y a eu du potiron!
;o)
Je vous souhaite bien de la douceur....
Plein de bisous

Tiuscha a dit…

Pas de nostalgie que de la douceur et du bonheur dans ce billet (et ces coquillettes !), les fleurs-sièges, c'est vraiment une belle trouvaille...

anne a dit…

Jolies photos, de quoi donner envie de faire une virée un de ces week-end. Et la recette tout en douceur donne envie...

Anonyme a dit…

Il a fallu arpenter
le quartier piétonnier
pour l'apprivoiser,
y trouver un nid pour l'installer,
trouver à l'abonner
au téléphone un peu limité
pour se sentir relier,
se rassurer se réconforter
d'une nouvelle vie qui commençait..
avec le coeur serré..

Mais Besançon l'a enchanté.
elle y a été choyée,
elle y est partie étudier
A réussie puis s'est exilée
même si elle aime y retourner.

Un jour viendra, est arrivé
nos enfants prennent leur envolée
quelques années
qui sait !!
et
vous regrettez de ne pas avoir osé
simplement vous inviter,
se réchauffer,
à ses cotés
se balader dans les musées
longer les quais
pour ramasser
des souvenirs plein de complicité.

Besançon garde mes regrets
ceux des actes manqués

il sera bon d'y remettre les pieds pour se réconcilier
et l'a voir se métamorphosée
car le temps à passsé.

A2Bé

Mirabelle a dit…

une jolie recette toute douce et chaleureuse, qui sera dans mon assiette, un jour où je serais moi aussi plongée dans mes souvenirs...